samedi 9 juin 2007

Petit arrangement légal avec la législation pour le président de la république

Quand j'y pense ne cherche pas particulièrement à polémiquer et préfère en ce samedi veille de scrutin attirer l'attention sur un petit dysfonctionnement de notre système. En effet, la campagne officielle s’est terminée hier soir à minuit  ou ce matin à zéro heure. C’est ainsi que normalement aucun homme politique n’est censé intervenir sur les ondes de télévision et de radio. La campagne est achevée et le samedi doit être un jour de réflexion. C’est la raison pour laquelle aucun sondage ne doit être publié.

SarkoLe CSA, gendarme des médias, est très stricte sur le sujet. C’est ainsi que celui qui ne respecterait pas la règle pourrait être sévèrement sanctionné. Une seule personnalité politique n’est pas concerné par la règle du temps de parole édictée par le conseil supérieur de l’audiovisuel. Il s’agit du président de la république. Habituellement, ce dernier reste d’ailleurs silencieux, sauf drame exceptionnel qui mériterait une intervention. Décès d’un homme ou d’une femme célèbre, attentat en France ou à l’étranger et autre évènement de la plus haute importance.

Etrangement ce samedi, il a été possible d’entendre le président de la république. Il ne s’agissait pas d’une réaction sur un sujet capital, mais des suites du sommet du G8 qui vient de s’achever. Le président va également occuper l’espace en se déplaçant au 47 me congrès de l’UNAPEI, associations de proches de handicapés. Il devrait y annoncer son intention de rendre "opposable le droit de tout enfant handicapé d'être scolarisé dans l'école de son quartier". Il est évident que l’annonce sera reprise à nouveau sur les différentes chaines. Or ce genre d’annonce fait partie de la campagne électorale.

C’est ainsi que la campagne n’est pas terminée pour tout le monde. Il serait faux de dire que Nicolas Sarkozy ne respecte pas la loi, car il est autorisé à s’exprimer en tant que Président de la république. Mais il faut reconnaître que du coté de l’impartialité de l’état, cette petite présence médiatique, en ce jour de silence politique n’était pas indispensable. Quand j’y pense sait que cela n’aura pas forcément une grande incidence sur le résultat de l’élection. Non, il s’agit plus d’une question de principe.

Posté par quandjypense à 16:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Petit arrangement légal avec la législation pour le président de la république

Nouveau commentaire